RSS

Archives de Catégorie: Sans gluten

Des nouvelles

Salut Basile,

Ça fait un bout que je n’ai pas donné de nouvelles alors voici:

On est actuellement en démarche pour acheter une fermette. C’est notre rêve depuis longtemps d’aller encore plus loin vers l’autonomie en ayant nos poules, nos animaux de consommation et des érables à entailler pour faire notre sirop. Ajoute des chevaux et possiblement des chèvres et tu as une idée du petit paradis qu’on a envie de se créer. Rien n’est encore officiel, on est au début de processus, mais ça occupe l’esprit pas mal!

Côté Paléo ça va bientôt faire 2 mois que nous mangeons comme ça et nous continuons à perdre de poids et à nous sentir super bien.

J’évite habituellement les restaurants mais pour la fête des mères j’y suis allée avec ma famille. Je me disais qu’à un resto à déjeuner, ça serait simple : oeufs, bacon, fruits frais. Mais de toutes les 5 pages de menu, AUCUN choix n’était Paléo. Tout était servi soit avec des patates, des rôties, du fromage ou de la crème sûre/ yogourt. J’ai pu trouvé une assiette convenable en prenant arrangement avec le serveur mais c’est quand même fou que les céréales et les produits laitiers soient rendus inévitables dans nos menus!

J’ai mangé du fromage dernièrement pour la première fois depuis ma transition vers le Paléo et j’ai été bien déçue d’avoir mal au ventre et d’être ballonnée pendant plusieurs jours. Je vais refaire le test avec du fromage de chèvre pour voir si je le digère mieux éventuellement.

Plus tard je te partagerai la recette de salade de poulet et raisins qu’on a fait hier.

À bientôt!

 

 

 
10 Commentaires

Publié par le 16 mai 2012 dans Paléo, Sans gluten

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Tarte à la courge musquée

Cher Basile!

Ça fait beaucoup trop longtemps que je ne t’ai pas partagé une recette! J’ai manqué de temps, mais maintenant que le défi A à Z est terminé, ça devrait se rétablir!

Ça faisait longtemps que j’avais envie d’essayer de faire une croûte à tarte Paléo. Et lorsque j’ai trouvé cette recette sur le site de Mark Sisson, j’ai enfin décidé de l’essayer!

Ben beau essayer une croûte, ça prenait quelque chose à croûter! 😉 Alors j’ai fait le reste de la recette proposée, en remplaçant la citrouille par de la courge musquée, car je ne voulais pas utiliser de citrouille en conserve, c’est plein de sucre.

Toi qui aime la tarte à la citrouille, tu vas te régaler!

Ingrédients:

Croûte:

  • 2 tasses 1/2 de noix de grenoble (moi j’en ai mis 3 car je trouvais que c’était trop liquide lorsque j’étais rendue à étendre le mélange dans l’assiette à tarte)
  • 1 c. à thé de soda à pâte
  • 1/4 c. à thé de sel
  • 2 c. à table de beurre fondu

Garniture:

  • 2 tasses de purée de citrouille ou de courge musquée (j’ai fait cuire ma courge en cubes dans la poêle jusqu’à ce qu’elle soit tendre et ensuite j’ai malaxé au robot pour faire de la purée)
  • 1 boîte (400ml) de lait de coco
  • 1 c. à thé d’extrait de vanille
  • 1/4 c. à thé de clou de girofle moulu
  • 1/2 c. à thé de cannelle
  • 1/2 c. à thé de muscade moulue
  • 1/4 c. à thé de gingembre moulu
  • 1/4 c. à thé de cardamome
  • un pincée de sel
  • 3 c. à table de sirop d’érable
  • 1 c. à table de poudre d’arrowroot
  • 3 oeufs battus
Étapes:
  1. Préchauffer le four à 350F.
  2. Pour préparer la croûte: Mélanger les noix, le soda à pâte et le sel au robot jusqu’à ce que ça soit haché finement.
  3. Ajouter le beurre et « pulser » jusqu’à qu’il soit bien intégré au mélange.
  4. Verser cette préparation dans une assiette à tarte de 9″. La meilleure méthode est de se servir de ses doigts (yé! )pour bien former la croûte, mince pour le fond et plus épaisse pour les rebords.
  5. Placer cette assiette dans une tôle à biscuit pour éviter que le fond de tarte brûle.
  6. Cuire au four pour 15 minutes.
  7. Retirer et mettre de côté le temps de faire la garniture.
  8. Placer tous les ingrédients de la garniture dans le robot et bien mélanger.
  9. Verser dans la croûte en prenant soin de ne pas trop remplir (garder le surplus au frigo pour une super collation!).
  10. Faire cuire 50 minutes, où jusqu’à le centre soit ferme.
  11. Laisser refroidir complètement avant de servir.
 

Étiquettes : , , , , , ,

De A à Z: X comme Xérès

Les Xérès sont des vins blancs produits en Andalousie (région d’Espagne). Ils sont particulièrement appréciés des Britanniques qui les connaissent sous le nom de sherry ou sack.

Même Shakespeare était un grand fan du Xéres! Il fit dire à un de ses personnage : « Si j’avais un millier de fils, le premier principe que je leur inculquerais, ce serait de fuir les breuvages sans force et de s’adonner au xérès. »

J’ai beaucoup aimé découvrir la méthode de fabrication de ce vin. Mon intérêt pour la transformation des produits bruts ne cesse d’augmenter chaque jour, je pense que c’est apparent dans mon blogue! LOL!

Donc, les vendanges se font au début septembre. On récolte les grappes les plus mûres de ce raisin blanc et on les fait sécher au soleil pendant un jour ou deux.

Ensuite vient la méthode de vinification du Xérès que je trouve super intéressante! La maturation se fait dans des fûts de chêne en présence d’air. Il se développe alors à la surface du liquide un voile de levure nommé « flor » qui permet une oxydation beaucoup plus lente du vin.

Dès que la fermentation alcoolique est terminée, vers la fin décembre, débute alors les premières dégustations sous la responsabilité du catador. Il doit annoter chaque tonneau d’un signe particulier selon l’importance de la flor et l’appréciation des goûteurs.

Et ensuite commence un cycle sans fin( selon le site Le monde des vins et spiritueux):

« La grande particularité du xérès est son vieillissement selon le système de la solera, sorte d’assemblage en continu. Les fûts où vieillissent les vins sont disposés en différentes rangées, les criaderas, selon l’année de production. La rangée la plus basse, appelée “solera” (car située à même le sol) est régulièrement soutirée en fonction des besoins de commercialisation. Les fûts, qui ne sont que partiellement vidés, sont complétés aussitôt par les vins de la rangée supérieure, et eux-mêmes reçoivent des vins de la rangée précédente, et ainsi de suite. Selon l’importance du négociant, le système peut comporter de quatre à quatorze rangées. La mention “Solera 1921” qu’on trouve sur les bouteilles de xérès indique la date de mise en service de la première rangée de fûts, en l’occurence 1921.

Un tel système de vieillissement permet d’unifier le style des xérès d’une même maison de négoce (appelée bodega), les vins jeunes réveillant les vins plus âgés, et l’assemblage final comportant toujours une forte proportion de vins vieux. »

Je trouve ça tellement trippant que ça me donne le goût d’avoir des vignes et de faire du vin! 😀

Je sais bien que ma région ne donnerait pas du Xérès mais c’est tout le processus que je trouve fascinant.  Malheureusement je n’aime pas le vin LOL!!! Je pourrais peut-être juste faire du vinaigre, car selon wiki, le système de vieillissement du vinaigre de Xérès est identique à celui du vin de Xérès.

Le vinaigre doit séjourner un miminum de six mois en fût, et lorsqu’on voit l’appellation « Xérès reserva » ça veut dire qu’il y a vieilli au moins deux ans. Et comme le vin, les grands crus vieillissent jusqu’à 20 à 30 ans et même 80 ans!

Sa robe peut être légèrement ambré jusqu’à noire selon son âge.

Si on le compare au vinaigre balsamique il est plus acide, plus sec, moins épais, moins foncé, et moins sucré. On peut parfois les échanger l’un pour l’autre dans des recettes. Comme la fabrication du Xérès est plus simple, il est moins cher que le vinaigre balsamique.

Le taux d’alcool maximum autorisé pour le vinaigre de Xérès est de 3 %.

Comme je l’avais compris lors de mon article sur le vinaigre il y a deux jours, la différence entre le vin et le vinaigre au niveau de la fabrication est  que le vinaigre demande une deuxième fermentation. J’ai trouvé ce tableau qui s’applique à tous les vinaigres.

Source du tableau ici.

Et pour terminer, voici une recette de salade et  vinaigrette de Xérès:

Ingrédients:

  • 1/3 tasse de vinaigre de Xérès
  • 1 grosse gousse d’ail
  • 2 c. à thé d’origan séché
  • 1 c. à thé de sel
  • 1/2 c. à thé de poivre
  • 1/2 tasse d’huile d’olive
  • 1 sac ( 4-5 onces) de jeunes pousses de laitue
  • 1 poivron rouge en dés
  • 1/2 tasse d’olive kalamata sans noyaux et coupées en deux
  • 2 onces de fromage feta (optionnel, moi je remplacerais par des noix )

Étapes:

  1. Mélanger au robot le vinaigre, les épices et l’ail jusqu’à ce que l’ail soit haché finement.
  2. Ajouter lentement l’huile pendant que le robot tourne toujours.
  3. Verser sur les légumes et déguster!
 
3 Commentaires

Publié par le 2 mai 2012 dans De A à Z, recette, Sans gluten

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

De A à Z: W comme Worcestershire sauce

La sauce Worcestershire a été créée en 1837 à Worcester, en Angleterre, ce qui lui donne la seule excuse possible à porter un nom aussi difficile à prononcer!

Elle est faite à base d’anchois fermentés, ce qui m’avais passablement rebuté dans mon intention d’en faire une version maison Paléo. Oui les anchois c’est Paléo, mais faire fermenter des anchois dans ma maison, on dirait que même si j’adore l’autonomie, ça passait moins bien!

Alors j’ai cherché des recettes et réalisé qu’elle demandait peu d’anchois. Certaines marques certifient même qu’il y a moins de 1/60 de produit de poisson dans leur préparation. Pourquoi elles se vantent de ça au juste? Et bien c’est que les juifs orthodoxes ne peuvent manger de la viande et du poisson dans le même repas,  vu le peu de poisson présent dans la sauce, ils peuvent donc s’en servir pour assaisonner leur viande. Donc définitivement pas beaucoup d’anchois.

J’ai trouvé une recette non Paléo qui semble bien appréciée ici. Et elle ne contient qu’un seul anchois pour produire 2 tasses de sauce. Elle demande du vinaigre distillé (pas de gluten) au lieu du vinaigre de malt (gluten) alors c’est bien de ce côté ,mais elle requiert malheureusement du sucre et de la mélasse, donc pas pour moi.

J’ai continué mes recherches et trouvé une version Paléo ici (au bas de la page). Il n’y a aucun anchois dans la recette, mais je me dis que si ça me manque j’en ajouterai la prochaine fois! 😉 En plus lorsqu’il y a des anchois à fermenter, la recette demande trois semaines de fermentation au frigo et un filtrage par la suite avant d’avoir la sauce. Cette version Paléo est plus simple et plus rapide. C’est elle que je vais essayer éventuellement.

Ingrédients:

  • 1/2 tasse de vinaigre de cidre
  • 2 c. à table d’eau
  • 2 c. à table de sauce tamari (sans gluten)
  • 1/4 c. à thé de gingembre moulu
  • 1/4 c. à thé de moutarde en poudre
  • 1/4 c. à thé de poudre d’oignon
  • 1/4 c. à thé de poudre d’ail
  • 1/8 c. à thé de cannelle
  • 1/8 c. à thé de poivre

Étapes:

  1. Combiner tous les ingrédients dans un saucier et amener à ébullition en brassant fréquemment.
  2. Laisser mijoter pendant environ 1 minute pour laisser les saveurs se développer.
  3. Retirer du feu et laisser refroidir.
  4. Conserver au réfrigérateur. 
 
11 Commentaires

Publié par le 1 mai 2012 dans De A à Z, Paléo, recette, Sans gluten

 

Étiquettes : ,

De A à Z: U comme umeboshi

Les umeboshis sont des fruits de l’arbre  » Prunus mume » qui ont été marinés dans du sel. Ce met au goût très sûr (il contient deux fois plus d’acide citrique que le citron!) est très populaire au Japon pour accompagner le riz, et est réputé comme étant excellent pour la santé.

Selon ce que j’ai lu, la grande acidité de ce fruit mariné a un effet alcalinisant pour le corps et aide à dissiper la fatigue, favorise la digestion et élimine les toxines. Il semblerait que de manger un umeboshi par jour soit une des meilleures démarches préventives que nous puissions avoir pour rester en santé.

J’ai vu à différents endroits aussi que c’est un excellent remède contre la gueule de bois! 😉

Même si on dit « umeboshi plums(prunes) » ces fruits sont plutôt dans la famille des abricots. La confusion vient peut-être que deux des noms communs anglophones de l’arbre « Prunus mume »  sont Prunier Chinois ou Abricotier Japonais!

Voici une recette de vinaigrette Paléo se servant de cet ingrédient.

Ingrédients:

  • 2 c. à table de pâte d’umeboshi
  • 3 c. à table d’huile d’olive
  • 1 concombre moyen, sans pelure et sans pépins
  • 1 petite gousse d’ail

Étapes:

  1. Placer tous les ingrédients au robot et en faire une purée homogène.
  2. Servir sur des légumes frais ou cuits.

Recette originale ici.

 
5 Commentaires

Publié par le 24 avril 2012 dans De A à Z, Paléo, recette, Sans gluten

 

Étiquettes : , , , , ,

De A à Z: R comme retour sur notre défi 30 jours

Deux pierres d’un coup! 😉

Alors pour commencer voici le compte-rendu de Chéri sur notre 30 jours:

« Tout d’abord, je peux dire que j’ai apprécié chaque repas Paléo.  Vraiment!  C’est une formule d’alimentation qui me convient parfaitement et, de ce fait, il a été plus facile pour moi de faire la transition et d’éliminer certains aliments de ma routine.  Je me suis rendu compte que certains me manquent un peu parfois et ce, lié à des associations émotives de mon passé (comfort food).

– Céréales:  
          Je réalise que je mangeais des céréales, des rôties, gauffres  au déjeuner parce que c’était tout fait et rapide.  Les choix Paléo ont très bien remplacé mes déjeuners.
          Aux autres repas, les patates et le riz étaient aussi de bons « remplisseurs » que je n’ai pas de misère à remplacer par du chou-fleur, de la courge musquée ou autres légumes.
          Il m’est arrivé de m’ennuyer du pain.  Je suis certain qu’on pourra trouver une alternative intéressante 🙂
– Produits laitiers:
          Pas de problème pour moi à changer le lait pour de l’eau ou bien du lait d’amandes.  Le yogourt laitier ne me manque pas mais, j’aimerais bien retrouver un yogourt autre.
          Le fromage ne m’a pas manqué jusqu’à dernièrement en voyant un grilled-cheese.  Je me rends compte que c’est associé à de bons souvenirs 🙂
– Sucre:
          Le fait de manger des fruits, des dattes 🙂 même en petites doses, me satisfait généralement.  Les élans vers les desserts sucrés sont liés à un confort du passé selon moi.

Dès la première semaine de ce mode alimentaire, j’ai commencé à ressentir des bienfaits au niveau de ma vitalité.  Je sens que j’ai plus facilement accès à mes ressources et en fait à plus de ressources, malgré des éléments qui viennent perturber parfois mon quotidien.  De plus, même si je n’ai pas été régulièrement très actif (jogging, exercices Paléo), ma morphologie a changé.  Mes chemises et mes pantalons ne sont plus serrées comme ils étaient devenus et je me sens vraiment différent lorsque je me regarde 🙂

J’ai l’intention de continuer à m’alimenter de cette façon, et de poursuivre la découverte de nouvelles recettes et de nouveaux aliments. »

De mon côté:

Un des énormes gain de ce 30 jours est que je dors TELLEMENT BIEN! C’est fou combien j’ai enfin un sommeil profond et récupérateur après des années à me pousser hors du lit le matin après une nuit où j’avais souvenir de m’être réveillée plusieurs fois. Chéri me fait remarquer qu’on a commencé nos suppléments de magnésium au même moment que le 30 jours, alors c’est peut-être ça qui fait la différence? Je pense que c’est la combinaison des deux.

Ma digestion s’est énormément améliorée. Fini la constipation,  les ballonnements et les maux de ventre, ce qui était mon lot depuis l’adolescence.

Ma peau n’est plus sèche,  comme j’ai déjà partagé, je devais porter des gants pour faire la vaisselle tellement ma peau était déshydratée. Maintenant elle est douce et lisse, et mon teint est meilleur!

Et petit bonheur: cette semaine j’ai porté des jeans que je n’avais pas enfilé depuis 7 ans parce qu’ils étaient trop serrés! Un très bon feeling! 😀

Le plus gros gain pour moi est l’impression d’être enfin connecté à mon corps. C’est difficile à décrire mais c’est le sentiment que je suis ici, maintenant. Au lieu de voir mon corps comme un outil qui répond plus ou moins bien à mes commandes, je me sens DEDANS, et je sens que JE bouge, pas « ma tête dit à mon corps de bouger ». Ce n’est pas évident à mettre en mots, c’est comme si j’ai connecté à ma vraie nature et que je fais UN avec mon corps. Cette connexion me permet de cesser de manger dès que je n’ai plus faim, de me coucher dès que je sens la fatigue, de penser à respirer et à bouger quand je suis trop longtemps concentrée sur un projet. Au lieu de vivre dans ma tête, je SUIS mon corps. Et je ne voudrais plus vivre autrement!

Depuis la fin de mon 30 jours, j’ai mis de côté les noix, farine de noix, dattes, miel et sirop d’érable. Notre 30 jours a été « souple » car les farines de noix, le miel et le sirop d’érable sont des gâteries occasionnelles dans le mode de vie Paléo, et pourtant presque chaque jour je mangeais des muffins ou des pancakes. Ça a beaucoup aidé ma transition car je vois à quel point j’étais (et suis encore en partie) « accro » à ces « comfort foods ». Je ne regrette donc aucunement ce choix qui était parfait pour moi car ça aurait été trop drastique autrement. De plus,  j’ai eu tellement de bienfaits que c’est vraiment juste pour augmenter la perte de poids et pour gérer ma dépendance envers ces aliments que je veux réduire ce type de met à une fois ou deux par semaine maximum.

Merci de nous avoir accompagné là-dedans et encouragé! J’espère pouvoir jouer ce rôle pour vous si vous tentez l’aventure vous aussi! 😀

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

De A à Z: Q comme quiche

Bon y’en a pas 46 choix d’aliments commençant par Q. C’était soit quiche ou quetsche (une sorte de prune que je ne crois pas avoir jamais goûté!) Il y avait aussi le quinoa, mais ce n’est pas Paléo.

J’ai donc choisi la quiche.

Normalement, il y a de la crème fraîche et du fromage dans une quiche. En plus la croûte contient de la farine de blé.

Voici une version Paléo qui semble bien bonne et que je veux essayer bientôt!

Ingrédients pour 8 personnes:

Croûte:

  • 1 tasse de farine d’amande
  • 1/4 tasse d’huile d’olive
  • 1/4 c. à thé de soda à pâte
  • 1/4 c. à thé de sel de mer
Garniture:
  • 16 oeufs
  • 6 échalottes hachées
  • 3-4 tasses de champignons tranchés
  • 2 c. à table de ciboulette hachée
  • 1 c. à table d’huile d’olive
Étapes:
  1. Préchauffer le four à 375F
  2. Dans un petit bol, mélanger les ingrédients de la croûte.
  3. Étendre la croûte en une mince couche au fond d’un plat allant au four et cuire 10 minutes ou jusqu’à ce qu’elle brunisse et durcisse.
  4. Sortir du four et mettre de côté.
  5. Faire chauffer une c. à table d’huile d’olive dans une poêle et ajouter les échalotes.
  6. Une fois les échalotes ramollies, ajouter les champignons.
  7. Ajouter la ciboulette pour les deux dernières minutes de cuisson.
  8. Mettre de côté.
  9. Dans un bol, battre les oeufs.
  10. Incorporer le mélange de champignons/échalottes et brasser.
  11. Verser le mélange dans la croûte.
  12. Cuire environ 45 minutes, jusqu’à ce que les oeufs soient bien cuits (insérer une fourchette au centre de la quiche et si elle ressort pas mal propre, c’est prêt)
Je pense que cette quiche ferait un excellent déjeuner!

Recette originale ici.

 
7 Commentaires

Publié par le 19 avril 2012 dans De A à Z, Paléo, recette, Sans gluten

 

Étiquettes : , , , , , , , ,